Bumble, l’application de rencontre feministe

Aujourd’hui nous allons parler d’applications de rencontres. Ça nous changera d’Instagram. Non Instagram n’est pas une appli de rencontres, désolée messieurs. J’ai l’impression de passer mon temps à le dire.

Bumble, l’application jaune au logo d’abeille est la petite nouvelle sur le marché. Enfin plus trop nouvelle mais elle l’était quand j’ai écris cette article. Mince je viens de me griller. Oui bon pardon, j’écris pas mal d’articles à l’avance.

Mais attention, là où les autres se vantent d’avoir le plus d’utilisateurs ou le meilleur choix (mensonges!!), Bumble met en avant son concept original, simple et pourtant inédit dans son fonctionnement global : elle place la femme au centre même de son application et lui donne le pouvoir.

Fini les messages lourds et/ou copiés/collés envoyés à 5000 autres utilisatrices, les hommes qui font leur shopping en swipant à droite tout le monde,  et j’en passe et des meilleures, ici c’est la femme qui like (Bim!) et c’est la femme qui initie la conversation (euh…). Et si elle ne le fait pas? Le match disparait de lui même au bout de 24 heures. Ça m’arrange pas cette histoire.

Fondée par Whitney Wolfe, l’ex co-fondatrice de Tinder, Bumble se veut comme une application féministe.

En plus des rencontres amoureuses, l’option BFF est présente, vous permettant mesdames de rencontrer des amies potentielles. Oui, vous faites votre shopping amical aussi.Bon, peu d’utilisatrices pour le moment, le concept n’étant pas encore naturel pour nous, mais une très bonne idée tout de même.

Et depuis peu une version pro de l’application a été lancée, vous permettant d’établir des contacts professionnels, encore une fois à votre initiative. Un moyen de développer ses réseaux professionnels. Bon j’ai pas testé, mais c’est sur ma liste. J’attends juste que ça se développe assez pour voir ce que ça vaut. Que voulez vous c’est ça de vivre à la campagne.

La promesse de Whitney Wolfe? 60% des matchs aboutissent à une conversation.

On demande à voir, mais pourquoi pas. Les avantages par rapport à Tinder? Une meilleure réputation (pas bien compliqué non plus, hein), plus sérieuse (pas bien compliqué non plus, hein), des profils plus aboutis (pas bien compliqué non plus, hein. En somme on a le droit à des photos avec papa/maman, là où sur Tinder c’est plutôt des topless faites à la va-vite. Non sérieusement, messieurs, vous n’êtes heureusement pas tous comme ça, mais certains (tous beaucoup) servent des photos pixelisées prises dans l’obscurité de leur salle de bain mal rangée nous éblouissant de leurs abdos plus ou moins existants et de leur sous-vêtements sales en arrière plan. Demandez à vos amies filles, vous serez surpris des horreurs artistiques auxquelles nous sommes exposées au quotidien). Et une meilleure modération (pas bien compliqué non plus. Non mais sérieusement, vous avez déjà essayé de signaler des gens sur Tinder? C’est pas la modération la plus efficace du monde. Et je dis ça en connaissant déjà Twitter), le moindre manque de respect et signalement étant très pris au sérieux. Fini les photos surprises non réclamés de l’engin de Bertrand!

Féministe jusque dans son développement, Bumble peut se vanter d’afficher 80% d’employées de sexe féminin.

Un chiffre peu répandu dans les applications de ce genre quand même. C’est beau.

 


Lire aussi : Instagram vs Snapchat, la guerre des applis

Et vous, utiliseriez-vous une application de rencontres platoniques (Bumble BFF)?

 

Retrouvons-nous sur :

InstagramTwitterYoutube

 

Jules, blogueuse Grenobloise qui s'ennuie et aime les nouvelles technologies.

Laisser un commentaire